|
 
logo
|
|

Vous etes ici -Home : les nouvelles du site
- Lettres
- Bac

Le Personnage de Bougainville dans Le Supplément au voyage de Bougainville

Le personnage de Bougainville dans le Supplément au Voyage de Bougainville.

RTF - 49.1 ko
Louis Antoine de Bougainville
En cliquant sur la vignette vous pouvez télécharger l’article au format *.rtf

Introduction : Bougainville, mathématicien, est devenu célèbre par son Voyage d’exploration à Tahiti, et par le récit qu’il en a donné. Les "personnages" A & B qui en discutent dans Le Supplément écrit par Diderot en attestent. Mais pourquoi Diderot s’intéresse-t-il à Bougainville ? Que représente-t-il pour lui (en tant qu’homme et en en tant qu’écrivain) ?

I/ Présentation de l’homme Bougainville dans Le Supplément au chapitre I.

Il est d’abord présenté comme "bizarre" (142) et incompréhensible : "Je n’entends rien à cet homme-là." (A. 142).
-  intérêt de curiosité : quelqu’un qui sort de l’ordinaire.
-  intérêt "philosophique" : quelqu’un qui soulève des "questions".

A/ Opposition Mathématicien / Voyageur : 1. Mathématicien : homme d’étude, jeune, vie stable et méditative, univers clos, condition retirée : érudit, savant : Le philosophe selon conception du XVIème siècle (cf. Montaigne : homme de cabinet et livres).

2. Voyageur : homme d’action, vie errante, active, dynamique, sociale, utile, univers vaste : Le philosophe selon conception XVIIIème siècle (cf. Dumarsais : activité concrète et sociale).

Conclusion : - pas d’unité : deux vies & deux modes différents.
- pas de logique : évolution inverse plus attendue (jeunesse âge de "dispersion", et non de stabilité).
- figure de l’opposition entre philosophie ancienne et philosophie moderne !

B/ Opposition Caractère / Action : 1. Caractère : "un véritable français" (142), mondain, amateur de plaisirs : (femmes, table), de confort, luxe : Figure d’homme superficiel, insouciant, léger, parfaitement intégré dans la société.

2. Action : homme d’étude, austère, sérieux, profond, réfléchi & homme qui affronte aventures et dangers : Figure d’homme totalement engagé, dans les études abstraites et les voyages concrets.

C/ Opposition Vie/Style :
-  Vie complexe, riche, surprenante : conforme aux "romans" précieux et baroques.
-  Style "sans apprêt" (142), simple, clair : goût classique, sobre.

II/ Tout cela est confirmé par la Présentation de l’œuvre de Bougainville : le Voyage, selon B.

L’emploi de la page 142 renvoie non à l’action mais au livre selon une triple valeur :

A/ Rendre le connu moins inconnu : S’éloigner pour mieux voir : "meilleure connaissance de notre vieux domicile et de ses habitants " (142).

Méthode comparatiste : connaissance des autres civilisations permet exercice de la Raison et de l’Esprit Critique.

B/ Rendre l’inconnu mieux connu : "[...] sûreté sur des mers [...]" : savoir utile, savoir pratique, savoir empirique : service à l’Humanité.

C/ Rectification des erreurs : Établir une carte comme représentation du réel "vécu" : donner plus de justesse à la Connaissance.

Conclusion : Œuvre de synthèse heureuse entre Pratique et Théorie, entre Réel et Représentation du Réel.

III/ D’où Fascination possible de Diderot pour Bougainville.

A/ Une personnalité originale : 1. Figure paradoxale (cf. chapitre I, dialogue entre A & B). Diderot ne s’intéresse qu’aux personnages "bizarres" et contradictoires, pas aux personnages tout d’une pièce : le "vivant" n’est pas un schéma abstrait et cartésien (cf. le Neveu de Rameau : excentrique, surprenant, "a-normal").

2. Figure complexe : en fait il n’y a pas contradiction entre I/A/1 & I/A/2, pas plus qu’entre I/B/1 & I/B/2 ou I/C/1 & I/C/2, il y a complémentarité : Bougainville est un "homme à deux vitesses", qui évolue et se transforme : com-plexité et évolution n’empêchent pas l’unité. En fait il faut trouver l’équilibre entre désirs opposés, tensions diffé-rentes, humeurs variables.

3. Unité cachée : Le facteur commun à I/A/1 & I/A/2 est le désir de Voyage ; le voyage dans les livres, dans la chambre, dans le cerveau fait pendant au voyage réel : le philosophe et le voyageur sont deux explorateurs dont la démarche est identique même si les objets de quête diffèrent. La complémentarité entre I/B/1 & I/B/2 réside dans l’alternance nécessaire de l’étude et du re-pos, de l’engagement et de la distance, de la tension et de la détente.

La complémentarité entre I/C/1 & I/C/2 réside dans ce que la transmission d’un contenu com-plexe doit passer par une écriture limpide, voire un schéma simple (carte) : c’est la lisibilité né-cessaire à la diffusion du savoir (cf. l’ambition de L’Encyclopédie).

Derrière cet être complexe, se dessine la figure du nouveau philosophe, l’honnête homme moderne décrit par Dumarsais.

B/ Bougainville : un parfait philosophe :

Il en a les qualités : 1. Un homme de savoir : savant polyvalent, intelligence encyclopédique : "un homme qui a des lumières" (142) et qui fait progresser la science (chapitre II, reprise du dialogue entre A & B).

2. Un homme qui a des qualités intellectuelles particulières et complémentaires : rapidité d’observation et de com-préhension, mais prudence, patience et souci de la véracité (cf. Dumarsais, vérité et vraisemblance).

3. Un homme qui a des qualités morales (courage, patience, prudence, pour affronter fatigue et danger : un héros).

4. Un philosophe en action : esprit ouvert, sans préjugés, intelligence vivante, évolutive : "désir de voir, de s’éclai-rer", héros de l’intelligence : "il n’explique pas, il atteste le fait" (143). Il étudie le "comment", plutôt que le "pourquoi". Il use de rigueur scientifique au lieu d’interpréter et juger (cf. Dumarsais). Il vit "en société".

Il en exerce l’influence : 1. Il propage les lumières : La métaphore de la "Lumière" vaut pour le savoir, la science "désir d’instruire" (143), être utile aux autres : éclairer les autres (177) : ouvre l’intelligence et le cœur des lecteurs. Il donne aussi le désir de voyager : "le seul qui m’ait donner le goût pour une autre contrée." (146)

Elle vaut aussi comme métaphore de la Sagesse : c’est un humaniste véritable qui emmène Aotourou en Europe, puisqu’il en a manifesté le désir, mais le renvoie dès qu’il s’en montre déçu.

2. Il dérange et étonne : Il s’oppose à l’attitude des curieux superficiels (169) : questions sans attendre réponses.

Il s’oppose à l’attitude des juges qui trouvent explication et interprétation à tout (143).

Il s’oppose aux Européens installés dans leurs préjugés.

C/ Pourtant le Discours du Vieillard semble indiquer le contraire :

Il a tous les défauts de l’européen-conquistador : " Et toi, chef des brigands qui t’obéissent /…/ tu ne peux que nuire ", « ce pays est à nous », « tu as fait pis encore ».

Il en exerce la désastreuse influence : C’est marqué par le champ lexical qui souligne la cruauté avec des verbes comme "enchaîner", "égorger", "assujettir", "se haïr", "asservir"… et celui de la violence : " funeste avenir ", " fureurs inconnues ", " folles ", " féroces ", " esclaves" et "teintes de sang ".

Cela pousse le vieillard à contester tous les apports de Bougainville : Les besoins nouveaux introduits par les européens sont des besoins factices qui créent une hiérarchie, une jalousie. Cette injustice se traduit par l’application de la loi du plus fort marquée par l’intrusion de la notion de possession dès l’arrivée des occi-dentaux " ce pays est à nous ". Le vieillard s’indigne (" ce pays est à toi ? Et pourquoi ? ") d’un tel comportement de la part des occidentaux et s’exprime grâce à un renversement de situation hypothétique qui montre l’illégitimité de cette situation. Cette loi du plus fort est ainsi en totale opposition à la loi naturelle défendue par le vieillard dans la seconde partie du discours.

Il montre également que le pouvoir et la propriété entraînent le mépris " sommes-nous digne de mépris ? ", l’injustice et la jalousie : " je ne sais quelle… ". Par cette phrase il met en avant la haine entre les membres de la société : "allument des fureurs inconnues","féroces", "haïr", "femmes folles" : cette dernière expression traduit aussi la perte de la "pudeur". Le vieillard s’attaque enfin aux "inutiles lumières" (sic) dont Bougainville est à la fois le représentant et le missionnaire.

Cela ne renvoie-t-il pas, non seulement Bougainville à n’être qu’un « européen » comme les autres, mais la philosophie des lumières à n’être qu’une forme de domination eurocentriste comme les autres, peut-être même plus pernicieuse ?

Mais justement ce double regard, contradictoire de B et du vieillard, sur Bougainville ne contribue-t-il pas à éviter de figer Bougainville et la philosophie des Lumières dans une image "idéalisée", devenue alors "schéma simpliste". Il nous oblige donc à tout remettre en question, jusqu’à l’image du philosophe idéal !

Il fait donc avancer les mentalités.

Conclusion : C’est donc un portrait argument.

Bougainville apparaît comme une personnalité riche complexe et complète, globalement positive, malgré le jugement cri-tique du vieillard, qui loin de détruire l’avis de B, contribue à nous persuader de la fascination de Diderot pour son héros. Il fait de Bougainville le nouvel "honnête homme", le "philosophe" décrit par Dumarsais.

Au Siècle des Lumières les idées pures, et toutes faites ont mauvaise réputation : Voltaire multiplie les sarcasmes contre les esprits de système (Pangloss dans Candide), ou contre les philosophes "promeneurs solitaires" (Rousseau) : aux philosophes en chambre, aux érudits, et aux auteurs de théories abstraites, les philosophes des Lumières préfèrent les hommes d’action et "d’expériences". La mode est à l’utile, au progrès scientifique : "Physicien méfie-toi de la métaphysique" recommande Newton que Vol-taire loue dans ses Lettres philosophiques.

Pour Diderot, Bougainville apparaît comme une synthèse heureuse entre savoir théorique et expérience pratique, entre réflexion et action. Chez lui l’homme d’action est inséparable du penseur, et son Voyage (livre) prolonge son voyage (action), tout en étant lui-même un moyen d’action comme diffuseur d’idées nouvelles (découverte et acceptation des autres, lutte contre ignorance et préjugés ethnocentriques). Le Supplément prolonge encore cette action en mettant en question la "philosophie même" de Bougainville et ses « inutiles lumières » grâce au discours du Vieillard, lui-même contesté par les dialogues entre Orou et l’Aumônier.

Cette propagation de l’esprit critique, qui se nourrit d’une pensée et d’une action antérieure pour repenser activement et proposer une "contradiction" (ou un "complément"), c’est la dynamique même de l’Encyclopédie telle que la rêvait Diderot.


> << Article Précédent | Article Suivant >> >

par Jean - le 19 octobre 2003 -


  • > Le Personnage de Bougainville dans Le Supplément au voyage de Bougainville, le 20 juin 2005

    QUi es A et qui est B ( symboliquement peut-être )

    Merci d’avance





    • > Le Personnage de Bougainville dans Le Supplément au voyage de Bougainville, le 14 janvier 2007

      A et B sont enfait Diderot il utilise deux personnages qui n’existent pas pour affronter ses idées et donner son point de vue



|
| |
Respecter le droit d'auteur.
In f(x) Venenum © 2001-2010 réalisation et conception : Frederic Ferre, avec tous nos remerciements à l'équipe de SPIP.
Informations sur le Copyright-images-conception